14721489_1204557902934544_9140684444261377912_n

MISOC participe à la réunion de Yaoundé des chapitres africains ISOC

Organisation :

Les collègues du chapitre camerounais ont été unanimement félicités et vivement remerciés pour l’excellente organisation et l’agréable environnement dans lequel se sont déroulés nos travaux.

De même nous avons tous salué le formidable support et la brillante préparation pilotée par notre collègue Victor Ndonnang de ISOC.

Pour le volet conduite des différents workshops, nous avons eu droit à une superbe prestation de notre collègue Carl Gahnberg de ISOC qui a reçu une parfaite appréciation de tous les participants.

Participation :

Outre les Membres du chapitre camerounais, les collègues des pays suivants ont pu nous rejoindre : Senegal, Gambie, Mali, Tchad, Burkina Faso, Uganda, Congo Brazzaville, le Zimbabwe en plus bien sûr du Maroc.

D’autres collègues n’ont malheureusement pas pu participer et ce principalement pour des difficultés au niveau des procédures de visas.

Échanges :

Apres analyses et discussions sur nos contextes locaux, nous avons essentiellement concentré nos discussions sur les actions à entreprendre et les points a considérer en vue d’un Internet accessible à tous pour un usage favorisant l’épanouissement des individus et le progrès de notre continent africain.

Modèle multi stakeholder :

Il a été clairement retenu que nos chapitres ont à œuvrer dans un esprit de coopération avec les différentes parties prenantes de l’écosystème Internet pour mener à bien notre mission de promouvoir et favoriser un accès libre et ouvert à tous dans le respect des réglementations en vigueur.

Rôle de la société civile :

Dans ce sens, les efforts de nos chapitres, tout en coopérant avec d’autres acteurs de la société civile, sont plus que jamais appelés à faire de la formation, de l’information et de la sensibilisation des axes de travail dont le but est de garantir plus d’accessibilité, de contribuer à réduire la fracture numérique et de faire en sorte que Internet soit équitablement un levier de développement pour tous.

IXP :

Il est ressorti de nos débats, que les points d’échanges Internet, sont un excellent moyen pour la réduction des coûts ainsi qu’une meilleure qualité d’accès. Les efforts des chapitres sont à continuer pour convaincre les acteurs locaux des avantages qu’offrent les IXPs.

Accès :

Nous avons noté que deux aspects sont à prendre en considération : l’offre et la demande.
Du côté offre et outre la marge de manœuvre que constitue une meilleure utilisation des ressources techniques, les efforts pour plus de contenu sont à encourager comme par exemple les prestations e-gov, le e-commerce et l’encouragement des startups.

Pour ce qui est de la demande, il est tout aussi important d’avoir une politique des prix qui tienne compte du pouvoir d’achat des citoyens et un contenu qui soit simplifié et compréhensible par l’usager à qui une formation est à prévoir.

Sécurité, confiance et vie privée :

Nous avons tous ete d’accord que le développement d’Internet ne pourrait se faire que si l’utilisateur y accède en toute confiance, conscient que les transactions sont sécurisées et que ses données privées sont protégées. C’est un point essentiel pour que tout citoyen y accède pour toute utilisation numérique.

Certes ce compte rendu n’est qu’un modeste résumé des échanges très fructueux que nous avons eus et je reste à votre disposition pour tout complément, remarque ou suggestion.

Merci à vous de m’avoir délégué à cette très importante réunion,

Merci à tous les collègues africains et en particulier le chapitre camerounais pour l’excellente ambiance dans laquelle s’est déroulée notre réunion,

Merci encore à Carl Gahnberg pour sa brillante conduite des ateliers,

Et un très grand merci et bravo à Victor Ndonnang pour la superbe organisation de ce stratégique meeting!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *